Camarade Curé, par Robert Javelet

Modèle : SDP723-CAMARADE
Disponibilité : En Stock
20,00€
H.T : 18,18€
Qté : + -
  Dernier produit en stock !

Camarade Curé, par Robert Javelet

Ce livre est consacré à la captivité - celle qu'on appelle encore parfois la grande captivité - où 5 millions d'êtres humains : Français, Anglais, Polonais, Tchèques, Serbes, Russes… se retrouvèrent entre le Rhin et la Vistule pour les « Grandes Vacances » de cinq années.
Ce que furent ses grandes vacances, plusieurs écrivains de grand talent : F. Ambrière, A. Blondin, J. Perret... nous en ont donnés, avec un humour blanc ou noir, parfois mêlé de larmes, les dimensions humaines.
Le récit de l'Abbé Javelet est un document qui va plus loin et plus profond, et qui par-delà les épisodes tragiques ou pitoyables, de cette foule de déracinés, qui entoure le « Camarade Curé » atteint les êtres dans ce qu'ils ont de plus intime, de secret, de presque incommunicable.
À ce titre il ajoute un chapitre capital et toujours actuel au grand livre des Mondes concentrationnaires, jamais fermé, hélas !

L'Abbé Javelet est un ancien prisonnier de guerre et ce livre est un des rares témoignages sur la condition des prêtres prisonniers. Il n'y a pas à se demander si elle fut meilleure ou pire que la nôtre, la question serait dérisoire. Contrairement à une opinion pernicieuse et trop répandue, un prêtre n'est pas un homme comme les autres. Il est infiniment plus vulnérable et infiniment plus fort, plus captif et plus libre que quiconque.
Ce livre n'est pas un témoignage sur la vie spirituelle à l'intérieur des barbelés. Il a été écrit pour le souvenir des compagnons de misère, ou ailleurs plus ou moins fidèle du curé kaki de cette paroisse épineuse, pénitent obligé, plus ou moins occupés du salut de leur âme et de l'épaisseur de la soupe. Au fond de la gamelle vide, on découvrait parfois tracas métaphysiques !
Le titre de cet ouvrage peut prêter à confusion, laissant croire que l'auteur, comme certains de ses pareils, aurait accommodé son sacerdoce au bénéfice d'une nouvelle religion sociale. Il n'en est rien. « Camarade Curé » n'est pas une appellation contrôlée par un clan, plutôt l'hommage d'une dignité laïque accordée à la fonction cléricale. Vous verrez bientôt quelqu'un ma braderie vraiment chrétienne et fraternelle l'Abbé Javelet a su cultiver dans les camps où il fut toujours le copain sans cesser d'être le curé.
Jacques Perret, auteur du « Caporal épinglé »

Editions Alsatia - 1952 (comme un Rubans Noirs, sans en être un)

Écrire un avis

Note : Le HTML n’est pas pris en charge !
Mauvais           Bon