Lettres du centurion, par Ernest Psichari

Modèle : 878 PSICHARI LET
Disponibilité : En Stock
10,73€
H.T : 9,75€
Qté : + -
  Dernier produit en stock !

Lettres du centurion, par Ernest Psichari

Quand naquit Ernest Psichari, le 29 septembre 1883, le premier-né de Jean Psichari et de Noémi Renan, tout semblait en fête autour de son berceau. les dons d'intelligence, il les avait comme les dons du coeur, ce petit garçon à l'esprit ardent, qui mêlait avec aisance les goûts intellectuels et les sentiments tendres. Ernest, s'il apportait en naissant les qualités charmantes, était aussi favorisé par le milieu de choix que ses parents, sans cesse, renouvelaient sous yeux. Tout enfant, il connut Bertelot, Anatole France, Heredia ; plus tard, aux enthousiasmes de l'adolescence se mêlèrent Péguy, Maritain, Barrès et chacun de ces maîtres suscita en lui des emballements successifs et souvent contraires auxquels ils se laissait aller au gré de la mobilité de ses pensées.
Cette ambiance heureuse, riche par le mouvement des idées, n'empêchaient pas les parents d'Ernest de donner à leurs quatre enfants une éducation sévère où les lois du travail et de la moralité étaient placées très haut, où les défaillances enfantines étaient vertement relevées, où les encouragements étaient mesurés à la valeur de l'effort... et sans éducation de la religion ni la connaissance de Dieu...
Il entre dans l'armée par la voie la plus rebutante, comme simple soldat de seconde classe, dans le rang. Si Dieu l'aide alors, c'est en secret, car Ernest ne tressaille encore d'aucun désir religieux...
(Extrait de la Préface de Paul Claudel)

L'Adolescent - Le Voyageur - Le Croyant

Paris - Louis Conard Editeur - 1933

Écrire un avis

Note : Le HTML n’est pas pris en charge !
Mauvais           Bon