J'étais médecin en Chine rouge, par le Docteur Ernest M. Lippa

Modèle : 6000-CHINE
Disponibilité : En Stock
10,00€
H.T : 9,09€
Qté : + -
  Dernier produit en stock !

J'étais médecin en Chine rouge, par le Docteur Ernest M. Lippa

Le Docteur Lippa, médecin autrichien, fut chassé de son pays par Hitler, après l'Anschluss. Il se rendit alors en Chine, à Shanghaï, où il ouvrit un cabinet médical. Au cours de la guerre du Pacifique, les Japonais l'internèrent. Après 1945, il fut engagé comme chirurgien par un hôpital de mission, à l'intérieur de la Chine, près du Fleuve Jaune. La guerre ntre le Kouomingtang et les communistes, qui durait depuis plusieurs années, se ranima vers cette époque et devait rapidement amener le triomphe des armées de Mao-Tsé-Toung.
Le docteur rencontra un groupe d'infirmières américaines et néo-zélandaises, recrutées pour servir dans les hôpitaux communistes. Il s'éprit de l'une d'elles et décida de l'épouser. Pour la rejoindre, il quitta l'hôpital où il servait et se rendit dans la "zone libérée" à Louan-fou, où on l'accepta comme chirurgien. Au bout d'un certain temps, révolté par la façon dont fonctionnaient les hôpitaux communistes, il donna sa démission et fut rapatrié avec sa femme.
C'est le récit de ses aventures en Chine rouge que le Docteur Lippa nous raconte d'une plume extrêmement alerte. Ce récit constitue un témoignage de grande valeur sur la Chine communiste, car le Docteur Lippa parlait le chinois et put donc écouter et interroger autour de lui, contrairement  à la plupart des auteurs occidentaux qui sont obligés de passer par un interprète. 
C'est également le témoignage dramatique d'un médecin appelé à exercer sa profession dans des conditions particulièrement pénibles et dans un pays où le respect de la souffrance humaine n'est guère en honneur.
"J'étais médecin en Chine Rouge est donc de la même veine que "J'étais médecin à Dien-Bien-Phu" et "J'étais médecin à Stalingrad".

Editions France Empire - 1955

Écrire un avis

Note : Le HTML n’est pas pris en charge !
Mauvais           Bon